vendredi 29 juin 2018

La coupe du monde de foot: une affaire de mafia?



La coupe du monde de foot: une affaire de mafia?

L'élimination du Sénégal, à la suite de sa « défaite» contre la Colombie, soulève encore la question de savoir pour qui roule le ballon de la coupe du monde. Non seulement à cause du penalty flagrant et indiscutable qu'on a refusé au Sénégal et que tout le monde peut encore vérifier en visionnant le film disponible sur internet: https://www.youtube.com/watch?v=9cGs9J02IrE&feature=onebox …. Mais aussi à cause de la volte-face de l'arbitre qui, après avoir pris la bonne décision, tourna casaque. En dernier lieu, le Sénégal, ayant quand même fini deuxième avec le Japon avec le même bilan, se trouve disqualifié à cause des cartons reçus. Et cela aggrave le cas de la FIFA et de ses non-dits, car nous savons fort bien que certains pays demeurent les têtes de turc des arbitres qui ne se font pas prier pour leur brandir ces petites cartes de visite de couleur jaune ou rouge. Comme pour leur signifier le rapport de force politique et racial qui prévaut en coupe du monde de foot. J'ai même pu constater que contre le Japon, il y a eu un carton jaune infligé à un Sénégalais pour une faute imaginaire. Dans l'action, il avait tendu simplement le bras, et sa main a frôlé le visage d'un joueur japonais se trouvant derrière lui. Pour cela, il a été sanctionné.

Pour en revenir à mon propos (« pour qui roule le ballon de la coupe du monde?»), c'est une question qui ne cesse de me hanter. Depuis la coupe du monde 1990. Quand l'arbitre français, Michel Vautrot, voulant vaille que vaille empêcher la victoire du Cameroun sur l'Argentine de Diégo Maradona, amputa cette équipe de deux joueurs. Avec en prime une foultitude de cartons jaunes distribués comme des petits pains.
Bien avant cela, il y a eu a la coupe du monde de 1982 avec le refus du superbe but de Roger Milla qui allait avoir des conséquences énormes. Puisqu'il allait chambouler la donne et permettre à l'Italie de se qualifier dans sa poule. Et de remporter au bout du compte la coupe du monde face au Brésil.
Ensuite me vient en tête la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud où le coup de tête victorieux du Ghanéen Gyan Assamoha, à la dernière minute de jeu, fut repoussé de la main par l'incorrigible enfant terrible de l'Uruguay, Luis Suares. Au lieu d'accorder le but, l'arbitre se décida pour un penalty en faveur du Ghana. Un choix discutable, car, à ce moment précis du match, un penalty n'est pas forcément un cadeau, compte tenu de la pression. Et ce penalty fut raté par celui-là même qui venait de réussir le coup de tête victorieux qui aurait pu être validé. Cadeau empoisonné!

Maintenant, c'est au tour du Sénégal de goûter à cette sauce amère.

Et je dis que nous en avons assez de cet arbitrage à deux vitesses. Ce n'est ni plus ni moins qu'un HOLD UP! Et, au nom de toute l'Afrique, je conteste l'élimination du Sénégal. Si la FIFA, par des manières détournées, ne veut pas que les équipes africaines se fassent valoir sur la scène mondiale, qu'elle interdise purement et simplement leur participation à cette compétition. Sinon, qu'elle nous foute la paix! Et, pour de bon!

Mountaga Fané Kantéka

vendredi 19 janvier 2018

À la mémoire d'un poète



Le lundi 15 janvier de cette année, Guy Amou rendait l'âme à Montréal. Et, la vieille, le soir du dimanche au lundi, poussé par une subite inspiration, je décidai de sortir des archives juridiques pour rafraîchir ma mémoire, quand je vis un poème écrit environ dix ans plus tôt par le défunt. C'était comme si le poème me disait : « Publie-moi! Publie-moi, conformément à la volonté de mon auteur!»
Guy Amou avait effectivement émis le souhait de se faire publier par mes soins. Mais, confronté à l'époque aux démons de la contrefaçon, je ne me sentais pas dans cette disposition.
Je publie donc une partie de ce puissant poème que j'ai scindé en trois parties:

Afrika

J'ai quitté une terre
Où la vie emprunte la voix des griots
Pour dire la poésie
Des gestes gratuits,
Pour bénir l'intemporalité
Des paris sur le possible.

J'ai quitté une terre
Où le présent prend des détours
Pour mieux surprendre
Le secret des rides sereines
Et gorgées de souvenirs.

J'ai quitté une terre
Où, depuis le temps d'avant le temps,
Chaque aube bat des paupières étonnées
Sur les murmures résiduels
Des tam-tams qu'aucune main ne tutoie
Qui ne soit purifiée par la fidélité
Au Verbe inaudible.

On m'a souvent demandé:
« Pourquoi donc es-tu parti? »
À cela, constamment, inlassablement
J'ai répondu:
« Seul le hasard est maître de mes pas¡ »
J'ai toujours répondu ainsi par prudence.
Cette réponse lapidaire m'a été inspirée
Par un vieux fond de désinvolture
Que m'ont enseigné des siècles de rebuffades.

Je vous vois froncer les sourcils
Il est vrai que vous êtes nés bien longtemps
Après la lassitude des soupirs condensés
En silence rancunier sur les rives du Congo.
Nul ne vous a jamais raconté la tragédie
Des oracles éparpillés par les vents
Porteurs des germes d'amnésie.

Guy Amou

vendredi 12 janvier 2018

« Fils d'Israël », donnez-moi ma part



« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, rendez-moi ma part dans ce que vous m'avez pris par le plagiat, la contrefaçon et le parasitisme perpétrés sur mon ouvrage par vos nègres de service, au sens littéral et au sens littéraire, pour votre compte.

« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, remettez-moi dans mes droits pour le vol d'envergure et le viol psychologique que vous m'avez infligés, au mépris de la morale et des lois en vigueur. Afin que je répare en partie  les torts que vous avez causés à moi et à la mémoire de mes ancêtres.

« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, le sort qu'a connu votre frère Harvey Weinstein, est un avertissement et un avant-goût de ce qui vous attend si vous n'agissez pas avec équité. Le temps n'arrangera guère les affaires pour vous. Il ne fera que les empirer pour vous.

« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, donnez-moi ma part, remettez-moi dans mes droits, pendant qu'il est encore temps d'échapper aux foudres de ma colère biblique. Pendant qu'il est encore temps d'échapper aux affres qui vous attendent, vous et votre descendance.

« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, laissez de côté votre orgueil d'intouchables, laissez de côté votre cupidité  et votre adoration pour l'argent, laissez de côté votre inclination pour les cabales et les intrigues, et faites droit à mes droits d'auteur. Pendant qu'il est encore temps d'échapper au mauvais sort qui vous attend, vous et votre descendance.

« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, revenez à la raison, revenez à la maison, afin que je vous fasse grâce de mon pardon qui, seul, pourra vous épargner le sort qui vous attend, vous et votre descendance. Car, je ne vous ai pas encore montré mon vrai visage.

« Fils d'Israël », Olivier Cohen et Tim Kring, vous avez bien compris que ce n'est par caprice si cette inspiration m'est venue le douzième jour du premier mois de l'année, plus de douze ans après vos méfaits commis à mon encontre. Faites-en l'interprétation qui vous sied, mais ne vous méprenez pas sur l'identité de celui qui s'adresse à vous, « Fils d'Israël ».

Mountaga Fané Kantéka

dimanche 3 décembre 2017

Transmettez mon message à vos enfants



Transmettez mon message à vos enfants
car je n'écris pas pour vous et vos couvents
mais pour vos enfants confrontés aux mauvais vents
moi-même ayant renoncé à femme et enfants
afin de me préserver du remords d'avoir enfanté
des orphelins sans repères dans ce monde usé
afin d'aspirer à cette liberté de pensée
d'expression et de jouissance
si chère à mon coeur
si chère à mon âme
si chère à mon esprit

Transmettez mon message à vos enfants
afin qu'ils ne subissent point les misères
endurées par vos coeurs meurtris
par les désillusions de ce monde avili
ployant sous l'emprise des démons ringards
— les gourous de sectes cloîtrés dans l'ombre
assoiffés de sang et de pouvoir de nuisance
voulant coloniser les esprits libres
après avoir parachevé la colonisation des terres

Transmettez mon message à vos enfants
afin qu'ils sachent que la lutte n'est jamais vaine
afin qu'ils sachent que nul homme n'est éternel ici-bas
afin qu'ils sachent que tout pouvoir est illusoire
afin qu'ils sachent qu'aucun peuple n'a été l'élu de Dieu
afin qu'ils déjouent les chausse-trappes des colons de l'esprit
afin qu'ils sachent que seul l'esprit est éternel
et non point le corps
et non point les privilèges
et non point les règnes

Transmettez mon message à vos enfants
qu'ils comprennent que le seul combat
qui vaille le coup d'être livré
est le combat pour la liberté de l'esprit
— l'esprit éternel qui survit aux vicissitudes
de ce monde minable

Dites-leur que le rêve d'une révolution sociale
n'est pas encore éteint dans tous les coeurs
Dites-leur que la peur érigée par les sectateurs
n'a pas encore réussi à affecter tous les coeurs
Dites-leur qu'il existe encore sur cette terre
Des hommes épris de justice immanente
Transmettez à vos enfants mon message
— un message d'espoir.

Mountaga Fané Kantéka




vendredi 1 décembre 2017

La terreur



Plus que la terreur causée par les actes communément appelés terroristes, il est une forme de terreur — le terrorisme psychologique — dont l'ombre pèse en ce moment sur le monde, n'épargnant personne, pas même ceux qui servent de rouages à cette terreur omniprésente, silencieuse, inavouable, irrésistible.

C'est la terreur qui pousse le citoyen à abdiquer ses droits, de peur d'être frappé par une main invisible qui plane sans cesse sur sa tête. Une main invisible qui lui fait pressentir de multiples menaces: la perte de son gagne-pain, le chômage forcé, la dénonciation légitime ou calomnieuse, la persécution sournoise, le dénigrement médiatique, la diffamation, etc.

La terreur de voir sa vie basculer soudainement dans l'horreur ou dans la tragédie.

La terreur omniprésente qui le pousse à renoncer à sa liberté d'expression et à trouver refuge dans le silence ou dans l'anonymat, ou pire, dans la distorsion de l'information. La terreur qui sévit aussi bien dans les médias de masse que dans les médias sociaux.

La terreur qui pousse l'intellectuel à courber l'échine et à prendre la fuite devant la détresse de son prochain persécuté.

La terreur occasionnée par la perte de foi dans les institutions.

La terreur occasionnée par les incursions dans la vie privée (les écoutes électroniques, les filatures, la divulgation des renseignements personnels, le piratage informatique, les persécutions téléphoniques ou autres).

La terreur occasionnée par l'inobservation des lois en vigueur.

La terreur occasionnée par les dénis multiples dont le déni de justice.

La terreur occasionnée par la police qui a troqué son mandat de protection des citoyens contre celui d'infliger des sévices psychologiques à ceux qu'elle est censée protéger. La police discriminatoire.

Cette terreur insidieuse.

Cette terreur omniprésente.

Cette terreur silencieuse.

Cette terreur inavouable.

Cette terreur irrésistible.

Cette terreur ombrageuse.

Cette terreur déshumanisante.

Cette terreur qui pousse certains au suicide.

Cette terreur qui pousse d'autres à être les complices muets ou actifs des meurtres multiples.

Cette terreur, cette terreur qui se dérobe aux mots, cette terreur-là est la véritable gangrène qui ronge les démocraties.

Qui sont à l'origine de cette terreur?

Qu'est-ce qu'il faut faire contre cette terreur?

Comment vaincre cette terreur?

Mountaga Fané Kantéka

mercredi 29 novembre 2017

Complot: Défi lancé à l'animateur Guy A. Lepage



J'ai lancé un défi à l'animateur québécois de l'émission «Tout le monde en parle», Guy A. Lepage, afin de voir s'il est assez courageux pour aller au bout de ses idées, à savoir notamment que l'existence du «complot» relève d'une affabulation. Ce serait l'occasion de réveiller au Québec l'affaire que les tribunaux français ont étouffé, sous le règne de Sarkozy, impliquant des complices de Guy A. Lepage, dans ce «gigantesque complot» (ce sont les mots de Guy A. Lepage, écrits noir sur blanc) ourdi contre moi. J'attire l'attention de La SQ sur le sujet.

Voici les tweets que je lui ai adressés:


 Mountaga Fan Kantéka‏ ‪@KantkaF‬ 14 hil y a 14 heures


‪@OFF_TLMEP‬ Grand Manitou Lepage, ce texte s'adresse à vous: Qui ose nier l'existence du complot? ‪https://kanteka.blogspot.ca/2017/11/qui-ose-nier-lexistence-du-complot.html …‬

Mountaga Fan Kantéka‏ ‪@KantkaF‬ 2 hil y a 2 heures

‪@OFF_TLMEP‬ Monsieur Lepage, j'espère bien que vous allez réagir, sans interposition de personnes, car le temps est venu de tirer les choses au clair.
 Mountaga Fan Kantéka‏ ‪@KantkaF‬ 9 minil y a 9 minutes


‪@OFF_TLMEP‬ M. Lepage, n'eût-été le manque de moyens, je vous poursuivrais pour complot et complicité dans l'écoulement des produits issus de la contrefaçon.
0 réponse 0 Retweet 0 j'aime



 Mountaga Fan Kantéka‏ ‪@KantkaF‬ 4 minil y a 4 minutes


‪@OFF_TLMEP‬ Cependant, si vous vous estimez diffamé, vous pouvez me poursuivre, afin que je puisse me prévaloir d'une action reconventionnelle. Comme cela, on verra bien si le «complot» est une théorie ou pas. Je vous mets au défi, devant Dieu et les hommes.


mardi 28 novembre 2017

Qui ose nier l'existence du complot?



J'ai capté par hasard, dimanche soir sur Radio-Canada, dans un talk show biaisé (empruntant la ronflante appellation «Tout le monde en parle»), un échange entre un animateur arrogant et un semblant de journaliste-chercheur, tous deux répondant du même patronyme Lepage, et tous deux étant des «chiens de garde» de ceux qui se croient les «maîtres du monde». L'animateur arrogant, maintes fois dénoncé pour ses partis-pris éhontés, donnait ainsi la parole à son «frère» journaliste. Et ce dévoué soldat des systèmes corrompus et décadents, tout à sa passion, s'escrimait à vouloir vomir sur ceux qui, à ses dires, sont des «partisans de la théorie du complot». Il s'adressait ainsi à tous ceux qui mettent en doute les versions officielles qu'on donne de certains événements qui interpellent les consciences. À le voir gigoter et pester, on aurait dit que ce sieur Lepage se prend pour le prophète de la vérité. Je vais donc répondre ici aux deux «frères» Lepage. Et je serai très bref!

Le complot: une réalité et une infraction criminelle

Sans vouloir faire un cours d'histoire ou de droit, je réponds à l'animateur et au journaliste du même nom que l'existence du complot est attestée, depuis que le monde existe et depuis que certains hommes se croient investis du droit d'en imposer aux autres, au besoin par des moyens crapuleux. Raison pour laquelle toutes les législations du monde ont prévu le «complot» comme étant une infraction assortie de sanctions très sévères.

Pour en venir au sujet qui préoccupe les suppôts du capitalisme sauvage, le complot international est une réalité qu'on ne saurait nier, à moins d'avoir l'esprit fortement perturbé. En tant que Noir et Africain, je suis fondé à croire et à démontrer qu'il existe un complot permanent contre mon peuple et mon continent, visant à le déposséder de ses richesses au profit de l'Occident. La traite négrière, la colonisation et le néocolonialisme sont des faits qu'on ne saurait balayer d'un revers de la main. Les assassinats des leaders africains comme Patrice Lumumba, Thomas Sankara, et bien d'autres, ainsi que les coups d'État militaires fomentés contre des leaders africains patriotes sont aussi des faits qu'on ne saurait nier.
Plus récemment, l'invasion de la Libye et l'assassinat de Mommar Kaddhafi, commandités par la France et les États-Unis sont des faits qu'on ne saurait occulter. Et nous connaissons les conséquences qui sont entre autres le reflux des rebelles touaregs vers le Mali (qu'on veut casser pour le piller) et le sort des immigrants africains réduits en esclavage dans la nouvelle Libye avec la bénédiction de la Communauté européenne.

«Fermez-la et laissez-nous prétendre à une vie décente!»

Mon propos est de rappeler ici la prétention qui anime certains individus, dès lors qu'on leur donne une petite parcelle de pouvoir. En effet, de piètres personnages, aspirant à devenir des parrains de maffia, parce qu'on leur a confié une tribune, se croient autorisés d'en imposer aux autres, en donnant la parole à ceux qui empruntent le même train qu'eux, au détriment de ceux qui parlent un autre langage. Ainsi, on ne se contente plus de la désinformation en vue de contrôler les esprits, on veut aussi déshumaniser ceux qui osent se prévaloir de leur esprit critique. C'est purement et simplement du fascisme. Au lieu de prétendre contrôler les autres, pourquoi ne cherchent-ils pas à contrôler leur propre vie sur laquelle ils n'ont aucune emprise, hormis la faculté d'obéir aux ordres venant d'en haut?

Je dis donc aux deux «frères» Lepage: «Fermez-la et laissez-nous prétendre à une vie décente! Un peu de décence et un peu de compassion pour ceux qui sont les victimes collatérales des complots internationaux permanents, ourdis contre leurs peuples!»

Mountaga Fané Kantéka