lundi 14 septembre 2009

FEUX SUR BÉCHIR BEN YAHMED ET ’’ JEUNE AFRIQUE’’, UN INSTRUMENT DE DOMINATION COLONIALE

« En France, c’est la PRESSE communément considérée comme la plus libre qui est la plus convoitée pour ceux qui ont en charge la DÉSINFORMATION : les SERVICES DE ’’RENSEIGNEMENTS’’. On y trouve donc forcément des JOURNALISTES qui, soit appartiennent à la DGSE, soit passent des accords plus ou moins durables avec la DGSE ou un AUTRE SERVICE SECRET. Il y a aussi des passerelles entre les RÉSEAUX FRANÇAFRICAINS et les propriétaires et dirigeants de la plupart des médias. » François Xavier Verschave, FRANCE-AFRIQUE / LE CRIME CONTINUE

JEUNE AFRIQUE rentre parfaitement dans cette description brossée par l’auteur français. Et BÉCHIR BEN YAHMED fait partie de ceux que moi-même j’ai nommés « ces traîtres africains sans lesquels aucune domination coloniale du continent noir ne serait possible », dans mon dernier article (SACRIFIER LA FRANCE POUR SAUVER L’OCCIDENT DE LA DÉROUTE). Assurément!

Depuis notre innocente adolescence à Bamako, bien avant le lycée, quand certains d’entre nous ne savaient pas encore ce qu’était un Journal, on entendait autour de nous que : « JEUNE AFRIQUE, ce n’est pas un journal recommandable. Il fait de la désinformation et du parti-pris! » Et cette sentence venait de la bouche de certains de nos condisciples qui eux-mêmes la tenaient de la bouche de leurs paternels, pourtant lecteurs assidus de ce JOURNAL CONSPUÉ. Je me souviens aussi qu’on disait à l’époque que : « C’est AFRIQUE-ASIE qui est plus objectif et dit les vraies affaires! ». Il y a environ une trentaine d’années de tout cela. Je ne me doutais pas alors que cette VIEILLE VÉRITÉ allait un jour trouver écho dans les colonnes de ce blog!

Bien des années plus tard, à l’âge adulte, j’allais entendre cette fois-ci des CONFIDENCES des VICTIMES DE CE JOURNAL, des confidences si alarmantes que je les avais mises d’abord en doute. Parce qu’il faut le dire tout de suite, je n’ai jamais été vraiment un lecteur assidu de ce canard. Malgré cela, malgré mes sporadiques et accidentelles lectures de ce TORCHON, j’allais me rendre compte de la véracité de ces constats. Mieux que cela, j’allais aussi découvrir, à mes dépens, que ce SAC À MERDE, en plus de la désinformation, fait non seulement dans la CONTREFAÇON, mais sert aussi de « BLANCHISSEUR » DE CONTREFACTEURS.
Et mieux que tout cela encore, j’allais aussi découvrir l’HORRIBLE IDÉOLOGIE qui se cache derrière ce tas de chiffons qui s’abrite malicieusement derrière un nom qui l’apparente faussement à l’Afrique. Un journal qui parle de tout, sauf des préoccupations africaines!

ZOOM SUR BÉCHIR BEN YAHMED, L’HOMME TAPI DANS LE CŒUR DU MONSTRE

Pour ceux qui ne le savent pas encore,JEUNE AFRIQUE est cet hebdomadaire établi à Paris depuis bientôt un demi-siècle et tenu par celui qu’on surnomme avec sarcasme « L’INTELLECTUEL ARABE », un TUNISIEN répondant au nom de BÉCHIR BEN YAHMED et qui, au nom de l’Afrique, se fait un PAQUET DE POGNON sur le dos des peuples africains et leurs misères de Nègres, en s’arrangeant toujours pour être du côté des OPPRESSEURS : les intriguants dirigeants français et les chefs d’État africains qui ont été mis au pouvoir par eux. Y compris les plus sordides DICTATEURS, des défunts HOUPHOUET BOIGNY et OMAR BONGO au vivant DENIS SASSOU NGUESSO, ayant la main prodigue et prêts à banquer pour enduire d’huile les bouches mercantiles.

C’est cela le rôle qu’a décidé de jouer Béchir Ben Yahmed pour se ménager une retraite dorée. Rien d’étonnant dans tout cela pour qui connaît la personnalité de ce monsieur qui, d’après une de mes sources, entretient un « LIEN INCESTUEUX AVEC LE BAKCHICH — le fric » (sic). Que ne ferait Béchir Ben Yahmed pour le « Vénérable Argent », entend-on souvent dans les milieux initiés! Et cette faim de fric, cette insatiable fringale de bakchich, « l’intellectuel arabe » Ben Yahmed a décidé de l’assouvir en faisant dans du JOURNALISME MERCANTILE. Il a décidé de faire partie de ceux que Verschave appelle les « GRIOTS PERMANENTS ET APPOINTÉS DU POUVOIR ». Ceux qui disent ou écrivent « l’exact contraire de ce qu’ils pensent. » PAQUET DE SOUS contre PAQUET DE SORNETTES DITHYRAMBIQUES!

Oui, monsieur Ben Yahmed fait partie de cette SALE RACE DE JOURNALISTES qui, par leur vénalité, déshonorent ce noble métier. Et ce mercantilisme puant est légèrement mais judicieusement assaisonné avec ce soupçon de MÉPRIS à peine voilé pour les Nègres, y compris les journalistes nègres qu’ils n’hésitent pas à « faire travailler comme des Nègres », au propre et au figuré, les transformant à l’occasion en COURTIERS chargés de TRANSACTIONS COMMERCIALES auprès des régimes corrompus d’Afrique. Si ce n’est pour les humilier, en leur demandant de présenter des excuses à son ami raciste français ne se gênant pas pour tenir des discours odieux sur les Africains et l’Afrique — la main qui les nourrit. Et ce, dans les locaux de JEUNE AFRIQUE!

LE FRONT COMMUN ARABO-FRANÇAIS SUR FOND DE RACISME ANCESTRAL

Cette honteuse question a été traitée sans complaisance dans un mordant article de l’Ivoirien THÉOPHILE KOUAMOUO,(LE SCANDALE DE JEUNE AFRIQUE). L’ami raciste de Ben Yahmed, en question, serait HENRI MARQUE, un ancien JOURNALISTE FRANÇAIS de RTL, qui aurait affirmé en pleine salle de rédaction de Jeune Afrique que « la paresse est congénitale chez les Africains ». Un Français qui parle de « PARESSE CONGÉNITALE DES AFRICAINS » est assurément le comble de l’ignominie, quand on sait que la France sans l’Afrique ne serait pas seulement une coquille vide, mais n’existerait tout simplement pas.

Il faut d’abord se souvenir que L’ÉCONOMIE FRANÇAISE s’est faite sur le commerce et l’exploitation des ESCLAVES AFRICAINS, que son économie actuelle fonctionne encore sur l’exploitation des MATIÈRES PREMIÈRES AFRICAINES, cultivées ou extraites par des Africains.
Il faut aussi se souvenir que la SEULE GUERRE CONTEMPORAINE que la France a gagnée (contre l’Allemagne) l’a été grâce à l’apport inestimable des TROUPES AFRICAINES qu’on a abusivement baptisées « TIRAILLEURS SÉNÉGALAIS », qui ont redonné à la France son honneur perdu, en boutant l’adversaire schleu hors du territoire français, alors qu’une bonne partie des COMBATTANTS FRANÇAIS eux-mêmes s’étaient carrément RÉFUGIÉS DANS LES BOIS…

Dans un registre moins tragique, il faut aussi se souvenir que la SEULE COUPE DU MONDE DE FOOTBALL que la France a gagnée s’est faite avec un impressionnant contingent de Nègres aidé du Berbère Zinedine Zidane. Sans compter les COUPES D’EUROPE dont la première, en 1984, repose en grande partie sur les performances du FRANCO-MALIEN AMADOU JEAN TIGANA.

Quand on ajoute à cette liste de contributions africaines la LITTÉRATURE, c’est la production des Africains des dernières décennies (y compris les œuvres issues de la contrefaçon du patrimoine africain) qui assurent la SURVIE DE LA LANGUE FRANÇAISE. Ce n’est un secret pour personne, les Africains d’expression française parlent et écrivent mieux le français que n’importe quel Français de France.

Et quand on plonge plus profondément dans la genèse de ce pays, le nom même de PARIS, capitale de la France, vient de l’Africaine ISIS dont le nom combiné avec PR, prononcé PER (signifiant ’’maison’’ ou ’’temple’’ en ancien égyptien) donne PER ISIS(’’Maison ou Temple d’Isis’’) qui donna à son tour le nom de PARIS à cet endroit qui, jadis, fut le théâtre d’un CULTE voué à cette DÉESSE NOIRE…

Un ancien JOURNALISTE FRANÇAIS qui parle alors de « paresse congénitale des Africains » ne fait pas simplement preuve d’ignorance et d’incompétence, il fait surtout preuve de MALADIE MENTALE. Cet HENRI MARQUE de RTL, s'il était resté journaliste, ne devrait pas seulement être chassé à coups de pied au cul de ce métier pour manque de vocation, il devrait purement et simplement être interné pour TROUBLES PSYCHOTIQUES GRAVES.

Le fait que cet énergumène soit défendu par « l’intellectuel arabe » Béchir Ben Yahmed contre le journaliste béninois FRANCIS KPATINDÉ, alors employé de la maison, rentre dans l’ordre des choses. Pas seulement à cause de la personnalité de ce mercantile bonhomme, ni à cause de la mauvaise foi qui anime la démarche maghrébine à l’égard des Noirs, mais surtout à cause d’un FOND COMMUN DE RACISME qui alimente L’IMAGINAIRE DES PEUPLES ARABES (et arabo-berbères) ET FRANÇAIS vis à vis de l’Homme noir, du fait même de l’HISTOIRE.

Il faut d’abord savoir que les ESCLAVAGISTES ARABES et ARABO-BERBÈRES (dont descend Béchir Ben Yahmed) ont perpétré TREIZE SIÈCLES D’ESCLAVAGE sur l’Afrique noire. Un FLÉAU qui a commencé bien avant celui de quatre siècles pratiqué par les Blancs! Un fléau qui reste encore un TABOU dans les débats d’intellos (par endoctrinement ou par peur des islamistes?)! Et qui a OFFICIELLEMENT coûté à l’Afrique noire 28 MILLIONS DE NÈGRES (un chiffre qu’il faudrait revoir à la hausse), razziés ou échangés contre du sel, des chevaux et même des… chiens! Sans compter l’ESCLAVAGE ÉROTIQUE pratiqué sur les belles Négresses! ALLAH AKBAR! Dieu est Grand!

Et ces pratiques exécrables, arabes et musulmanes, se sont perpétrées au nom des mêmes ignobles clichés qui infestent la cervelle de l'ancien journaliste français Henri Marque. Les MUSULMANS ARABES ESCLAVAGISTES, entre autres insanités pour justifier leurs crimes contre l’Homme et contre Dieu, disaient effectivement que « LES AFRICAINS VOLENT QUAND ILS ONT FAIM ET FORNIQUENT QUAND ILS SONT RASSASIÉS » (sic). Et ce sont des MAUDITS VOLEURS ET VIOLEURS LEUCODERMES (qui venaient piller l’Afrique de ses bras et de ses ressources , et VIOLÉ LES FEMMES NOIRES) qui tenaient ce genre de raisonnement insensé. Et « AU NOM D’ALLAH »! Quel sacrilège! ALLAH AKBAR! Dieu est Grand!

Pourtant le Vénérable PROPHÈTE dont se réclament ces ZÈBRES descend, de source admise, de la NÉGRESSE AGAR, femme d’Abraham, l’Ancêtre commun des Juifs et des Arabes! Une HONORABLE FEMME que la littérature biblique a voulu faire passer pour une esclave, comme une certaine littérature islamique a voulu faire passer le NÈGRE BILAL – un pilier incontournable de la genèse de l’Islam – pour un esclave. Faisant fi du CONTEXTE GÉOPOLITIQUE – largement sous le contrôle des NOIRS D’ÉTHIOPIE — qui vit éclore cette religion fortement inspirée du SABÉISME (un culte nègre). Encore une fois, ALLAH AKBAR! Dieu est Grand! Ce DÉBAT, je le RÉSERVE pour mes bouquins, mes ’’ODYSSÉES NOIRES’’…

AUTRE TEMPS, AUTRES MŒURS

Autre temps, autres mœurs, c’est sur la base de cette MÊME LOUFOQUE LOGIQUE ESCLAVAGISTE, sans aucun fondement divin, que « l’intellectuel arabe » BÉCHIR BEN YAHMED, entend de nouveau jeter l’Afrique en pâtures au colon français, offrir l’Afrique aux PIRES BACCHANALES NÉOCOLONIALISTES. Via JEUNE AFRIQUE, le sac à merde qui lui sert de canard et qui n’a pas son pareil pour faire avaler aux Africains les PILULES LES PLUS LÉTALES, inciter les Africains à S’OFFRIR AUX SODOMIES LES PLUS FÉROCES. Comme jadis le faisaient les MISSIONNAIRES BLANCS au nom de Jésus Christ.
Ces missionnaires blancs, venus en Afrique pour préparer le terrain à l’IMPLANTATION DES STRUCTURES COLONIALES. Des structures coloniales qui restent encore vivaces en Afrique avec la bénédiction des instruments comme JEUNE AFRIQUE, un instrument sûr de la POLITIQUE COLONIALE FRANÇAISE visant à maintenir les Nègres d’Afrique dans la sous catégorie des hommes de rien.
Des petits nounous, prêts à obéir à l’œil aux DIKTATS IMPÉRIALISTES, à qui on impose des petites pédales comme chefs d’État! Tandis que le Maghreb reste épargné! Notamment la Tunisie natale de Ben Yahmed dirigée par un implacable ZINE BEN ALI qui ne s’en laisse conter par aucun visage pâle! Si bien que vouloir s’attaquer à la France et à sa politique coloniale en Afrique noire serait un PIEUX VŒU si l’on ne s’attaque pas simultanément à cet instrument qui lui sert d’arme contre les Africains.
Et « au nom de l’Afrique ». Une REDOUTABLE ARME D’INTOXICATION qui, si elle n’est pas neutralisée à temps, réduira à néant tous les efforts d’émancipation et de libération des Nègres d’Afrique. Comme on peut le constater avec la couverture que fait JEUNE AFRIQUE des récents événements au GABON! Une question que je réserve pour le SECOND VOLET consacré au sujet!

(À suivre)

MOUNTAGA FANÉ KANTÉKA